Nous sommes le Dim Octobre 21, 2018 22:31


Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 21 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Coïncidences Lincoln / Kennedy
MessagePosté: Lun Novembre 17, 2003 02:44 
Hors ligne

Inscription: Mer Novembre 12, 2003 23:40
Messages: 35
Localisation: quelque part au bord du néant
Il y a de nombreuses conïncidence entre Kennedy et Lincoln, un siècle d'écart une histoire si similaire:

Abraham Lincoln fut élu au Congrès en 1846.
John F. Kennedy fut élu au Congrès en 1946.
Abraham Lincoln fut élu Président en 1860.
John F. Kennedy fut élu Président en 1960.
Les noms Lincoln et Kennedy sont composés chacun de 7 lettres.
Les deux furent très attachés à la défense des droits de l’Homme.
Les épouses des deux Présidents perdirent un fils alors qu’elles vivaient à la Maison Blanche.
Les deux Présidents perdirent la vie un vendredi.
Les deux Présidents furent tués d'une balle derrière la tête.
La secrétaire de Lincoln s’appelait Kennedy.
La secrétaire de Kennedy s’appelait Lincoln.
Les deux Présidents furent assassinés par des "Sudistes".
Les deux Présidents eurent pour successeurs des "Sudistes".
Les deux successeurs s’appelaient Johnson.
Andrew Johnson, qui succéda à Lincoln, est né en 1808.
Lyndon Johnson, qui succéda à Kennedy, est né en 1908.
John Wilkes Booth, qui assassina Lincoln, est né en 1839.
Lee Harvey Oswald, qui assassina Kennedy, est né en 1939.
Les deux assassins étaient connus par leurs trois noms.
Le total respectif des lettres de leurs trois noms comporte 15 lettres.
Lincoln mourut dans un théatre appelé "Ford".
Kennedy mourut dans une voiture appelée "Ford" Lincoln.
John Wilkes Booth s’échappa d'un théatre et fut attrapé dans un entrepôt.
Lee Harvey Oswald s’échappa d'un entrepôt et fut attrapé dans un théatre.
Booth et Oswald furent les deux assassinés avant leur procès.
Un mois avant d’être assassiné, Lincoln était en vacances à Monroe, au Maryland.
Un mois avant d’être assassiné, Kennedy était en vacances avec Marilyn Monroe.


Qu'en pensez vous ??? Simple coïncidence ou autre chose ???

_________________
"L'idée de Dieu est, je l'avoue, le seul tord que je ne puisse pardonner à l'homme."
Sade


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Novembre 17, 2003 12:36 
Hors ligne
Membre honoraire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Avril 30, 2003 10:30
Messages: 10612
Peut-être un ensemble de coïncidences sans plus.

Ce qui est certain c'est que l'assassinat de Kennedy est entouré d'un tissu de mensonges en tout genres. Par exemple, il a été tué d'une balle en plein front et non par derrière clic sur : Le Film de Zapruder

Visionne le premier film et tu verras nettement qu'il est frappé au front par le projectile qui lui explose l'entiéreté de la boîte cranienne, lui arrachant le dessus de la tête et l'entiéreté du cerveau. Cà c'est la réalité, un impact de balle dans la tête et elle explose comme une pastèque, ce n'est pas comme au cinéma où celui qui prend une balle dans la tête à une petit trou bien propre.

Je viens de voir une émission à la télé il n'y a pas longtemps où l'on reprenait une partie de la vérité sur l'assassinat de JFK, on y a vu la vraie photo de sa tête aprés sa mort, à partir de son nez toute la tête était manquante. Son visage et son crâne ont été complètement refait en cire par le plus grand spécialiste américain de reconstitution des visages des défunts travaillant en pompes funèbres. J'ai oublié son nom, ensuite grassement payé et ayant subi un changement d'identité, il à disparu de la circulation avec sa famille, qu'est-il devenu, mystère.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Novembre 17, 2003 20:01 
Hors ligne

Inscription: Lun Mai 05, 2003 17:46
Messages: 338
Localisation: Loire Atlantique
Remarque ca fait tout de même beaucoup de coïncidences tout ça. C'est quand même assez troublant non ? :?

_________________
La source du bonheur du monde est de penser aux autres...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Novembre 17, 2003 20:17 
Hors ligne

Inscription: Mer Juillet 02, 2003 21:54
Messages: 229
Localisation: Mines de la Moria
Peut-être avez-vous eu la chance de voir un petit reportage dans le journal sur France2 dimanche soir (en fin de journal, vers 20h20). Les journalistes montraient un collectionneur de voiture qui a acheté LA voiture dans laquelle fut assassiné Kennedy à Dallas. La particularité de de ce type, c'est qu'il est Français et habite quelque part vers la Bourgogne. Il fallait le voir rouler dans les rues de son village avec cette énorme monstre noir, c'est assez suréaliste.
Le reportage se concluait de la manière suivante (je cite de mémoire) :

"A la suite de la mort du Président JFK, les autorités se sont débarrassé rapidement de la voiture, pourtant une pièce à conviction importante. Elle a subit quelques modifications mineures puis passa de mains en mains jusqu'à atterir chez ce fameux collectionneur Français. Lequel, en inspectant la carrosserie, le moteur et le châssis, a eu la preuve qu'il y avait un autre tireur."

Marrant non ? :wink:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Novembre 30, 2003 13:44 
Hors ligne
Membre honoraire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Avril 30, 2003 10:30
Messages: 10612
J'ai encore vu la semaine passée un reportage sur ARTE concernant l'affaire Kennedy, et d'autres émissions d'ailleurs, puisque c'était la commémoration de sa mort.

C'est une énorme affaire d'assassinat avec des enjeux astronomiques, jamais Oswald n'aurait pu faire un pareil carton à lui tout seul.

Il disposait d'un fusil bas de gamme à répétition (donc avec un verrou d'éjection/armement) équipé une lunette de visée, il a tiré coup sur coup trois balles sur une cible en mouvement à une distance de 80 mètres.
Je suis un excellent tireur et pour avoir pratiqué le tir au fusil avec lunette, je peux bien dire que cette histoire est un gros mensonge.

D'abord, il faut un tireur d'élite haut de gamme, ensuite pour tirer avec une lunette de visée, contrairement à ce que tout le monde croit, c'est plus difficile, le moindre mouvement est amplifié et il faut une maîtrise de sois et une position de tir impeccable pour faire mouche.

La lunette doit être réglée auparavant, précisément sur la distance à laquelle on va tirer. Avec ce type de fusil à répétition démodé, chaque fois que l'on actionne le verrou, on perd sa ligne de visée et sa concentration sur l'objectif, sans compter que pendant ce temps la cible se déplace et s'éloigne. Tout cela est vraiment trop nul et je ne parle même pas des cartouches inadéquates qu'il a utilisées (soi-disant).

N'importe quelle personne qui sait se servir d'un fusil sait que c'est un canular à commencer par les enquêteurs qui ont travaillé sur cette affaire.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Novembre 30, 2003 15:53 
Mais pourquoi pas le hasard?

S'il est dur d'atteindre une cible exacte, peut-être a-t-il bien visé sans le savoir, et peut-être était-il bon viseur.


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Novembre 30, 2003 20:23 
Hors ligne
Membre honoraire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Avril 30, 2003 10:30
Messages: 10612
D'après mes calculs, avec un fusil à répétition et une lunette de visée, il faut entre cinq à sept secondes pour faire feu à trois reprises, pendant ce temps la voiture qui roule à trente km/h s'éloigne et en sept secondes elle a parcouru cinquante-huit mètres, il faut donc corriger constamment le tir. De plus, il était en position arrière de sa cible or la balle qui a explosé la tête du président Kennedy venait de face, le film de Zapruder le prouve.

Comme tireur on ne peut pas dire que ce soit terrible, trois balles (et même peut-être une quatrième probable, mais non relevée formellement) pour atteindre une grosse cible comme une tête à 80 mètres avec une lunette de visée, sur les trois c'est deux de trop, crois-moi que tout tireur d'une bonne moyenne peut faire nettement mieux sans lunette de visée en se servant de la hausse de guerre (sur un fusil militaire). De plus s'il utilise des munitions expansives le résultat doit être garanti.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Novembre 30, 2003 20:32 
Ouais, mais on ne saura jamais la vérité, on peut fonder des théories mais bon...


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Novembre 30, 2003 21:26 
Hors ligne

Inscription: Ven Août 02, 2002 08:47
Messages: 745
Localisation: Suisse
De nombreuses théories ont vu le jour concernant la mort de Kennedy.

Voici la dernière en date : Johnson a-t-il fait assassiner Kennedy? (L'Illustré; 22.10.2003; Page 34; Numéro 43).

Citation:
Johnson a-t-il fait assassiner Kennedy? Les révélations du dernier témoin.

Quarante ans après, on croyait avoir tout dit, tout vu, tout entendu sur l'un des assassinats les plus mystérieux de notre temps. Mais aujourd'hui, dans un livre explosif, un homme d'affaires texan parle enfin. Il accuse et désigne l'homme qui a commandité l'assassinat de JFK: le vice-président Lyndon B. Johnson lui-même! Interview-vérité.

Par Tom Bowden

Dallas, 22 novembre 1963. Le destin de John F. Kennedy s'interrompt brutalement sous les coups de feu. La version officielle du fameux rapport Warren, désignant Lee Harvey Oswald comme seul et unique assassin, n'a jamais vraiment convaincu les Américains. Depuis lors, le mystère JFK passionne. Mais aujourd'hui, quarante ans après, le mystère touche peut-être à sa fin. Dans un livre événement*, William Reymond, notre correspondant aux Etats-Unis, a enquêté trois ans au Texas autour des confessions de Billie Sol Estes. Homme d'affaires texan, Estes était un des soutiens financiers de Lyndon Johnson, le vice-président de Kennedy. Ses propos sont directs: non seulement il connaît les meurtriers du président, mais il détient les preuves de ses accusations. Rencontre-vérité avec le dernier témoin, qui arrive cette semaine en France pour la promotion du livre. Tom Bowden, le directeur du Conspiracy Museum de Dallas, au Texas, l'a rencontré chez lui, en exclusivité pour L'illustré.

- Billie Sol Estes, on célèbre le quarantième anniversaire de la mort de JFK le mois prochain, et c'est maintenant que vous vous décidez à parler. Un bien curieux hasard, non?

Quand j'ai accepté l'idée de faire un livre, c'était en 1999, et il n'était alors pas question de calendrier. William, qui a recueilli mes confidences, a travaillé de nombreuses années avec moi ici, au Texas. Le livre est prêt, il sort. Le reste n'est qu'accessoire.

- Vous n'êtes pas le premier à promettre des révélations sur l'assassinat de JFK. Pourquoi vous croire, vous?

D'abord parce que je tiens mes promesses. Et je vais jusqu'au bout de mes souvenirs. Même si certains m'impliquent dans de sordides affaires de meurtres. Et puis, surtout, JFK, le dernier témoin n'est pas un livre d'entretiens. Moi, j'ai raconté ce que je savais à William Reymond qui a enquêté pour prouver mes dires. C'est donc une véritable investigation.

- Une enquête qui se vend comme l'ouvrage définitif sur l'assassinat de JFK, cela ne vous paraît pas excessif?

Non, pourquoi? Le livre révèle l'identité d'un deuxième tireur et, surtout, remonte la trace des commanditaires du complot. Que vous faut-il de plus?

- Reprenons. A vous croire, les responsables de la mort de Kennedy sont les membres d'un réseau texan gravitant autour du vice-président Johnson...

N'allons pas trop vite. Les informations sont graves et il ne faut pas jouer avec cela à la légère. Pour comprendre mes révélations, il faut comprendre à quel monde j'appartenais en 1963.

- Justement, parlons-en...

A l'époque, j'étais immensément riche, mais à l'aube de ma chute. Mais, surtout, depuis le début des années 50 je soutenais financièrement Lyndon Johnson. Bientôt, j'allais tout perdre et me retrouver en prison.

- Comment devient-on le «sponsor» d'un candidat?

Dès 1948, Cliff Carter, le conseiller politique de Lyndon Johnson, a mis en place un réseau politique et financier autour de son candidat. Mon parcours était brillant, mon succès foudroyant. Carter est entré en contact avec moi et m'a proposé de devenir encore plus riche.

- Comment cela?

L'idée était de profiter de la présence de Johnson à Washington pour obtenir de nombreux contrats gouvernementaux. A condition d'en reverser ensuite une partie à la caisse noire de Lyndon.

- Il s'agit donc de corruption.

Il s'agissait surtout de graisser la machine et de s'assurer que les intérêts texans soient bien représentés à Washington. Lyndon était notre homme là-bas.

- Une partie du travail de William Reymond a été de prouver votre relation avec Lyndon Johnson. Pourquoi une telle nécessité?

Pour éviter de passer pour un menteur! Le clan Johnson a toujours tout fait pour me discréditer et prétendre que Lyndon ne me connaissait pas. William a réussi à retrouver 19 lettres que Johnson m'a envoyées. Il a rencontré des témoins, découvert mon numéro personnel à Washington dans la liste des communications téléphoniques. Tout cela est dans le livre, avec les documents.

- Etait-ce un moyen de renforcer vos accusations autour de l'assassinat de Dallas?

Bien sûr. Ma parole n'était pas suffisante. Il fallait trouver des preuves de tout cela. Même si, en fin de compte, je détenais la plus importante.

- Vous parlez d'enregistrements secrets?

Oui... Depuis 1960, afin de me protéger, j'avais fait installer un système enregistrant mes conversations téléphoniques et les entretiens dans mon bureau.

- Vous protéger contre qui?

C'est une longue histoire. Disons que le pouvoir texan n'a jamais hésité à éliminer le maillon faible. Et qu'il me fallait une assurance vie. Surtout lorsque Bobby Kennedy a commencé à s'intéresser à moi.

- Le frère du président, alors attorney general, s'est aussi intéressé personnellement à vous. Mais pourquoi?

Par ses services, Bobby avait appris ma participation au réseau de corruption déployé autour de Lyndon et il pensait qu'il serait en mesure de me faire craquer. Mais je n'ai jamais parlé et j'ai été condamné à quinze ans de prison. Surtout, Bobby préparait le second mandat de son frère à la présidence. Et, pour de nombreuses raisons, JFK et lui avaient décidé de se séparer de Lyndon Johnson. C'est comme cela que je me suis retrouvé au milieu de la guerre entre les deux clans.

- Pourquoi vous taire alors et parler aujourd'hui?

Si j'avais collaboré à l'époque, je n'aurais pas tenu dix minutes dehors. J'aurais été tué. Aujourd'hui, je vous l'ai dit, j'ai mon assurance vie, ma cassette avec Cliff Carter. Trente-six heures avant sa mort, en 1971, Cliff Carter, le plus intime conseiller de Johnson, m'a révélé les secrets de l'assassinat de Kennedy. Et je les ai enregistrés à son insu.

- Et que vous dit-il à ce moment-là?

C'est l'histoire très simple d'un homme et de ses soutiens qui, d'un coup, se rend compte qu'il va tout perdre. Pour la première fois depuis longtemps, le Texas allait perdre pied à Washington et il fallait agir vite. Le voyage du président Kennedy à Dallas était l'occasion idéale d'équilibrer la balance et d'avoir notre homme, Lyndon B. Johnson, à la Maison-Blanche.

- C'est ce que vous a dit clairement Cliff Carter à ce moment-là?

Oui. Carter regrettait sa participation à la préparation de l'assassinat. Il regrettait aussi que Johnson ait donné l'ordre de tuer le président. e

- Selon vous, un certain Malcolm Wallace était le deuxième tireur? Mais qui est-il?

Mac Wallace était le porte-flingue du réseau de Lyndon. Depuis 1951, il se débarrassait des ennemis de Lyndon. C'est un fait désormais établi. Il y a les déclarations de Cliff Carter qui le prouvent. Et puis, surtout, Wallace a laissé son empreinte sur un des cartons du dépôt de livres scolaires. Le 22 novembre 1963, il a tiré sur JFK depuis le cinquième étage. Là où se trouvait Lee Harvey Oswald. C'est la preuve ultime du complot.

- Pourquoi refusez-vous de rendre public cet enregistrement, quarante après?

Je le ferai un jour, lorsque les dernières personnes impliquées dans cette affaire seront mortes. Mais, pour la préparation de son livre, William Reymond a pu les entendre. Avant cela, c'est encore dangereux.

- Quarante ans après... Vous n'exagérez pas un peu?

L'assassinat de JFK est un fait divers texan. Un incident de parcours d'un réseau existant bien avant 1963 et bien présent encore aujourd'hui. Si vous comprenez bien cela, vous avez votre réponse.

- Avez-vous connu Lee Harvey Oswald et Jack Ruby? Etaient-ils eux aussi liés à la mafia texane de Johnson?

Je n'ai jamais rencontré Lee Harvey Oswald. Mais j'ai failli m'associer à l'époque avec Jack Ruby, et cela ne s'est pas fait. Je fréquentais son club lors de mes voyages à Dallas. Jack était un personnage central du Dallas hors la loi. La drogue, les armes, Jack n'ignorait rien. Dans une lettre écrite depuis sa prison peu avant sa mort, il reconnaît qu'il a tué Oswald pour l'empêcher de parler et avoue à demi-mot qu'il était aux ordres de «l'homme aux commandes à Washington»...

- Selon vous, la mort de Robert Kennedy, en 1968, est-elle liée à celle de son frère, cinq ans plus tôt?

C'est une question perspicace. Bobby voulait ouvrir à nouveau le dossier de l'assassinat de son frère. Et puis son arrivée à la Maison-Blanche était inconcevable. Alors, je dirai que c'est sans doute lié, pas pour les raisons que nous croyons, mais que, oui, l'assassinat de Robert Kennedy est probablement lié à celui de JFK.

- Aujourd'hui, quarante ans après, avez-vous des regrets?

Je ne regrette pas la prison, par exemple. Elle m'a permis de rencontrer Vito Genovese, le parrain des parrains. C'était un homme extraordinairement charismatique. Je regrette en revanche de n'avoir jamais parler avant, seulement pour protéger Johnson. Je le regrette parce qu'il m'a trahi et qu'il n'a pas tenu sa promesse de s'occuper de moi.

Propos recueillis par Tom Bowden J.

Pour en savoir plus : «JFK: le dernier témoin», par William Reymond et Billie Sol Estes, Ed. Flammarion.

Citation:
Le deuxième tireur: Malcolm Wallace.

Au 5e étage du Texas School Book Depository, Lee Harvey Oswald et Malcolm Wallace sont les deux tireurs identifiés à ce jour. Le premier sera arrêté quelques heures après le drame (et abattu à son tour par Jack Ruby qui avouera plus tard l'avoir tué pour l'empêcher de parler). Quant au second, on retrouvera une de ses empreintes digitales sur un carton du Texas School Book Depository. Une empreinte qui a enfin parlé, quarante ans après...

Billie Sol Estes (à gauche) au temps de sa splendeur. Il fut un des tout premiers hommes d'affaires du Texas à acquérir un avion privé pour ses déplacements.

Signé John Kennedy et Lyndon Johnson. Une des nombreuses preuves que Billie Sol Estes connaissait bien les deux hommes.

_________________
~ Unreal-X ~


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Décembre 01, 2003 09:32 
Hors ligne
Membre honoraire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Avril 30, 2003 10:30
Messages: 10612
Je viens de revoir le film sur l'enquête de l'assassinat de Kennedy avec comme acteur principal Kevin Cotsner. Il reprend la même théorie, L.Johnson serait mouillé jusqu'au cou dans cette affaire et le but principal était de faire entre autres prendre de l'extension à la guerre du Viet Nam à laquelle était opposé Kennedy, pour vendre et faire fructifier pas mal d'industries dont l'aéronautique et beaucoup de dirigeants seraient plus ou moins impliqués dans l'assassinat. La guerre du Viet Nam a été financièrement pour ces hommes d'affaires une véritable mine d'or au mépris total de toutes les personnes qui ont perdu la vie dans ce conflit. :?

Kennedy ne voulait pas marcher dans les vues des hommes d'affaires tout puissants et leur faire gagner de l'argent, alors il a été éliminé dans un but surtout mercantile.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Lincoln - Kennedy ont encore frappé.
MessagePosté: Dim Décembre 21, 2003 20:52 
Hors ligne

Inscription: Mer Décembre 17, 2003 22:21
Messages: 19
Localisation: RHONE ALPES
Le 28 juin 1914, a lieu l'événement tragique qui déclencha la 1ère guerre mondiale : l'assassinat de l’Archiduc François-Ferdinand et de son épouse, la duchesse de Hohenberg à Sarajevo, perpétré par Gavrilo Princip.

L'Archiduc et sa femme, en visite officielle, se trouvaient à bord de leur voiture décapotable, de marque "PRESIDENT LINCOLN". La voiture était conduite par un certain Sean KENNEDY.

Quant à Gavrilo Princip, il ne fut pas immédiatement jugé (Guerre mondiale oblige.) Mais comme John Wilkes Booth et Lee Harvey Oswald, il fut assassiné par un “vengeur” avant d’avoir pu passer devant un tribunal.

Mais il reste une autre histoire, aussi étonnante, celle de la voiture… La « Président Lincoln » de l’Archiduc d’Autriche. Elle causa la perte de toutes les personnes qui l’utilisèrent par la suite :

- un général qui perd la raison (en 1914),

- un capitaine autrichien qui se tue au volant (1916),

- le gouverneur de Yougoslavie l’utilise en 1918 et il en résulte 17 accidents en 6 mois dont trois graves (5 morts d’hommes),

- au début de années 20 , la voiture est mise en vente. Un médecin l’achète. En montant dans la voiture, il loupe le marchepied et se tue,

- Un grand bijoutier la rachète. Alors qu’il allait livrer des bijoux à la famille royale d’Angleterre, il constate, arrivé à destination, que les dits bijoux qui se trouvaient dans la voiture ont mystérieusement disparus. Scandale, le bijoutier est ruiné et il se suicide,

- La voiture est revendue à un champion de course automobile Suisse. En se rendant à un grand prix au volant de sa voiture, il rate un virage, est éjecté et se tue,

- La voiture est rachetée par un riche fermier Suisse. Un jour, la voiture tombe en panne. Le conducteur va chercher un voisin qui possède une attelage de chevaux, pour remorquer la voiture. Celle-ci redémarre et écrase son propriétaire,

- Reprise par un garage de Zurich, la voiture est louée à un taxi : durant la première course, le chauffeur et ses clients sont tués,

- En 1943, le gouvernement Autrichien décide de racheter la voiture (car elle représente un intérêt historique). Elle est exposée dans le musée militaire de Vienne. Quelques jours après, le musée est bombardé et la voiture disparaît à tout jamais.

A noter : chaque fois qu’elle causa la mort de ses propriétaires au cours d’accidents, la voiture demeura quasiment intacte !

Moralité : prenez le métro !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Décembre 22, 2003 08:13 
Hors ligne
Membre honoraire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Avril 30, 2003 10:30
Messages: 10612
Bienvenue troubadour, :D

Troublant l'histoire de cette voiture, on pourrait en faire un film sans problème.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Août 23, 2004 11:56 
Hello, je suis nouveau ici et en fouillant dans les vieux posts, je suis tombé
ici.

J'ai trouvé un document pdf qui fait un sort à ces fameuses coincidences.

http://pseudo-sciences.org/lincoln.pdf


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven Août 27, 2004 13:11 
Les coincidences entre Kennedy et Lincoln ont fait l'objet d'un reportage, je ne sais plus sur quelle chaine.
Ces coincidences sont tout à fait expliquable.
Et il faut aussi savoir que certaines de ces coincidences ont été inventées comme les secrétaires des 2 présidents. La secrétaire de Kennedy s'appelait bien Lincoln mais celle de Lincoln ne s'appelait pas Kennedy.
Ensuite dans un flots de données aussi immenses que l'on peut collecter sur une personne, trouver ne serait ce que plus de 1000 coincidences entre 2 personnes relève de la banalité.
Il suffit de faire le test avec son voisin et vous trouverez autant de coincidence.
Pourquoi ne parle t'on pas alors de leur taille ? de leur poids ? de leur nombre d'animaux domestiques ? de leur nombre de voitures ? du numéro de leur rue ( avant la maison blanche bien entendu :-) )? de leur lieu de naissance ? du nom de leur femme ? du nombre d'années d'études qu'ils ont effectués ? de la hauteur de leur maison ?
Il a été démontré que l'on pouvait collecter plusieurs millions d'informations aussi banale que celle la sur n'importe quel individu, c'est donc pour cela que ces quelques coincidences ( en fait une centaine il me semble d'après le reportages mais ce qui ne représente toujours rien... ) n'ont absolument rien d'extaordinaire.
Si elles ont été remarqués c'est simplement parce que Kennedy et Lincoln ont toujours facinés les gens et que comme toute personnes fascinantes, un club de fanatiques ou d'admirateurs se crée et fais recherche sur recherche, jusqu'à tomber sur fameuses coincidences...

Voila

@+


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven Septembre 03, 2004 21:33 
Mais, si ce n'était pas des coincidence, s'ils étaient liés par on ne sait quelle force extraordinaire (pas au sens fabuleux, mais bien au sens du mot) ?


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Septembre 07, 2004 05:58 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Septembre 04, 2004 02:18
Messages: 386
Localisation: Metz [57]
Et pourquoi pas hein, ?

Peut une réincarnation de la part Lincoln dans le corps de Kennedy, je ne sais pas ...Il y a vraiment trop de choses similaires pour que cela soit un PUR HASARD !!!

Enfin, c'est ma théorie à moi. :lol:

_________________
Mon Blog : http://punky57050.skyblog.com


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu Janvier 20, 2005 12:46 
Moi, je suis d'avis qu'il a été assasiné par des personnes sans aucun scrupules qui étaient favorables à la guerre au Vietnam...

Il est aussi probable, et même certain, que des gens autour de lui était dans le coup...


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Avril 10, 2005 17:13 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Février 12, 2005 11:06
Messages: 94
Citation:
La secrétaire de Lincoln s’appelait Kennedy.


Lincoln avait deux secrétaires , John J. Nicolay et John M. Hay. Pas de trace de "Kennedy", donc. Pour ce qui est de la sécrétaire de Kennedy , elle se nomée bien Evelyn Lincoln.

Citation:
John Wilkes Booth, qui assassina Lincoln, est né en 1839.


Celui ayant dénicher cette info doit avoir pour principe d'arrondir les années à celle supérieure, car Jonh Wilkes Booth est né le 10 mai 1838 et non en 1839. Oswald, l'assasin (?) de Kennedy est né, lui, le 18 octobre 1939 .

Citation:
Lee Harvey Oswald s’échappa d'un entrepôt et fut attrapé dans un théatre.


Oswald fut arrêté au Texas Theater ... qui était un cinéma et non un thêatre.

Citation:
Un mois avant d’être assassiné, Kennedy était en vacances avec Marilyn Monroe


Tiens donc, Kennedy entretenait encore des liens avec le fantôme de Marylin ? Elle fut tuée prés d'un an avant JFK (le 5 août 1962 , soit quinze mois d'écart). Au passage, il n'y a aucune ville nomée "Monroe" dans le Maryland .

Bref, pour les sceptiques, voilà qui devrait vous convaincre !

http://www.pseudo-sciences.org/lincoln.pdf


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven Avril 29, 2005 13:21 
Hors ligne

Inscription: Ven Janvier 28, 2005 19:34
Messages: 14
Bonjour à tous,

J'ai regardé la vidéo, j'ai remarqué un point important.
Essayer de regarder le visage de Kennedy.
On ne le voit pas sourire, ni avoir de geste devant la foule, rien de tout ça, au contraire, il a l'air d'être préoccupé, car son visage s'abaisse dans la vidéo.

À croire qu'il se doutait de quelques choses.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Mai 22, 2005 01:39 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Mai 11, 2005 03:09
Messages: 41
Umm très étrange... En effect il baisse la tete mais on peut voir ( pas très bien) que le président saluait les gens avant que la voiture passe le ''panneaux''

Et puis apres le premier tir, je ne remarque pas beaucoup de ''réactions'' chez les gens qui était sur le bord du chemin.

On remarque que les 4 personnes qui étaient avec le président dans la voiture se sont tourné vers la président... Comme si il avait marmoné quelque chose et qu'il se demandait se que c'était, puis se redresse et Bang premier tir.

Je peux distinguer le deuxieme tir mais on dit qu'il y avait 3-4 tir... Et puis comme dragon le disait, les tirs sont assez proches (le premier dans la tete, le deuxieme sur la derriere de la voiture) Donc si les 2 tirs étaient proche il devait suivre la cible qui était en mouvement... Si il avait un truc pour viser il aurait dût l'ajuster a moins qu'il est utilisé un support pour le devant du fusil,Une main sur la détente et avec une l'autre sur le truc a viser en train de la tourné a la vitesse de l'auto... Mais le probleme est que après le deuxieme tir, la voiture accélerent donc le tireur perd la rythme de sa cible, donc il ets impossible qu'il est pût tiré les 2 autres sur la voiture...

D'où filmait le monsieur qui a filmé? Parce que si on suit la direction d'où venait la balle on peut constaté que le tireur était a peu près a la meme hauteur, ou un étage plus haut... Et devait être à l'endroit où fini la video a peu pret.

Et puis il y avait 2 motos ou plus et une voiture qui les suivaient, qu'est-ce que ces motos et voiture ont fait lorsque le président a été tiré? Ils ont tout simplement stoppé? Étrange étrange..


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Juin 20, 2005 16:58 
P.Killer a écrit:
Et puis il y avait 2 motos ou plus et une voiture qui les suivaient, qu'est-ce que ces motos et voiture ont fait lorsque le président a été tiré? Ils ont tout simplement stoppé? Étrange étrange..


Je ne vois pas ce que tu voudrais qu'ils fassent d'autre. Continuer leur route ? Non. Sortir la mitraillette et courir après l'assassin ? Non. Je crois qu'arrêter les motos était pertinent...


Haut
  
 
Afficher les messages précédents:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 21 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  

Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB.biz
phpBB SEO