Nous sommes le Lun Avril 06, 2020 15:04


Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 34 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Travailler dans le secteur funéraire
MessagePosté: Lun Mai 13, 2013 12:39 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Août 13, 2012 14:03
Messages: 339
Et voilà, toutes les questions finissent par trouver réponse :mrgreen:

Pas de problèmes, je suis souvent sur le forum même si je n'écris pas tout le temps, donc je te dirai mon avis :)


L'idéaliste, elle forme à quoi exactement?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Quelle est votre série préférée?
MessagePosté: Lun Mai 13, 2013 13:47 
@cedricM : Elle forme le personnel au niveau des ressources, des besoins, des nouvelles visions, manières de faire ailleurs.

Du genre : Depuis 20 ans, les églises se vide, donc la religion perd de son influence. Quel sont alors les rites funéraires appliqué, applicable, voulu, en cours et futur. Comment vivre le deuil quand les repères sont disparu. Quel approche des rites funéraires doit-on avoir avec les gens qui n'ont aucune croyance ?

Bref, énormément de questionnement, de changements de vision, de manière de faire, d'outils pour guider les endeuillés et le personnels.

Un des exemples donné qui m'avait marqué: Que faire lorsqu'il y a mort d'enfant et que la mère, totalement déconnecté, ne veut pas se séparé de son enfant mort depuis 3 jours ? quel approche avoir face a la mère, la famille, quel méthode utilisé, recours légaux, ect..

J'adore quand elle me parle de son travail, c'est très instructifs et que je le veuille ou non, ça me force a me poser des questions sur la mort, le deuil, l'après mort (pour mes survivants).


Haut
  
 
 Sujet du message: Re: Quelle est votre série préférée?
MessagePosté: Lun Mai 13, 2013 14:40 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar Décembre 20, 2011 12:15
Messages: 4194
Ça m'aurait botté comme métier. J'ai failli m'y lancer d'ailleurs après un flou et une démotivation niveau orientation dans mes études.

_________________
Envoyé de mon Commodore 64


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Quelle est votre série préférée?
MessagePosté: Lun Mai 13, 2013 14:43 
Hors ligne
Compte désactivé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Août 08, 2011 02:31
Messages: 2291
Localisation: Paris
Je suis vraiment admirative des personnes qui arrivent à travailler dans cette branche.
Blad, si ce n'est pas indiscret, comment en es-tu venu à envisager ce métier? Car je me suis toujours demandé si ça pouvait être autre chose qu'une vocation. Certains disent qu'ils sont arrivés dans le funéraire par hasard mais je me demande toujours comment on y arrive "par hasard".

_________________
"My mother said to get things done, you'd better not mess with Major Tom"
http://heytease.wordpress.com/


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Quelle est votre série préférée?
MessagePosté: Lun Mai 13, 2013 14:54 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar Décembre 20, 2011 12:15
Messages: 4194
Non, ce n'est pas indiscret, mais par contre je me dois d'être plus précis: c'était surtout la préparation des corps qui m’intéressait. C'est une forme d'art doublé d'un hommage aux défunts. Une préparation que je trouve plus proche des rites païens que chrétien (enfin, c'est un ressenti personnel et qui n'a rien de vrai dans les faits à ma connaissance). Et surtout ça collait avec ma relative misanthropie : bosser en silence, se dire que son client est là devant soi et qu'il te fera pas ch.er :mrgreen:
Plus prosaïquement, ma famille connais bien un directeur de pompes funèbre. Après, oui, ça doit être de la vocation, plus que mes justifications ridicules, après relecture, ci-dessus. Je crois que je ne saurai pas dire vraiment pourquoi en fait.

_________________
Envoyé de mon Commodore 64


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Quelle est votre série préférée?
MessagePosté: Lun Mai 13, 2013 15:07 
Hors ligne
Compte désactivé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Août 08, 2011 02:31
Messages: 2291
Localisation: Paris
Citation:
plus que mes justifications ridicules

Ça n'est pas ridicule du tout. Je note seulement que tu as eu dans ton entourage quelqu'un qui bossait dans les pompes funèbres, ce qui ne doit pas être étranger à ton idée, effectivement.

_________________
"My mother said to get things done, you'd better not mess with Major Tom"
http://heytease.wordpress.com/


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Quelle est votre série préférée?
MessagePosté: Lun Mai 13, 2013 15:11 
J'ai déjà parlé avec une dame qui était coiffeuse et maquilleuse pour les morts. Elle me disait que c'était le fait d'être la dernière personne qui allaient les mettre à leur meilleurs qui l'allumait. Elle faisait tout pour qu'ils soient à leur summum.


Haut
  
 
 Sujet du message: Re: Quelle est votre série préférée?
MessagePosté: Lun Mai 13, 2013 15:22 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar Décembre 20, 2011 12:15
Messages: 4194
Plus dans l’entourage de mes parents, qui sont eux infirmiers. Mais du coup oui on pourrait dire que l'entourage peut jouer. Je ne me suis jamais fait la réflexion, mais j'ai du entendre parler de maladie, accidents et décès plus que la normale (aaaaah les discussions de sonde urinaire pendant les repas :mrgreen: ). Du coup je suis encore hors-sujet là-dessus. :wink:

_________________
Envoyé de mon Commodore 64


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Quelle est votre série préférée?
MessagePosté: Lun Mai 13, 2013 18:09 
Metronomia a écrit:
je me demande toujours comment on y arrive "par hasard".


On y arrive jamais totalement par hasard je crois. Ma soeur a toujours bossé dans le social mais jamais dans le funéraire. Elle travaillait alors avec les personnes âgées comme directrice de centre d’accueil et un jours, elle et son mari ont ouvert site avec un forum sur le deuil simplement pour aider les gens à passé au travers ce type d'épreuve. Ils ont alors été approché par une coopérative funéraire qui désirait s'associé a leur site. De fil en aiguille elle s'est retrouvé a donner de la formation pour eux. Donc a la base, c'est grâce a leurs site. A l'origine il a été créé sans aucune autre vision qu'une vision d'aide à la société et a aucun moment ils auraient pensé gagné le moindre salaire mais on ne sait jamais ce que la vie nous réserve et aujourd'hui, c'est son emploi a temps plein.


Dernière édition par L'Idéaliste le Lun Mai 13, 2013 19:26, édité 1 fois.

Haut
  
 
 Sujet du message: Re: Quelle est votre série préférée?
MessagePosté: Lun Mai 13, 2013 19:24 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Août 13, 2012 14:03
Messages: 339
Métronomia, je suis en train de quitter le domaine de la sécurité pour intégrer le mois prochain en tant que porteur-chauffeur funéraire dans une grosse entreprise de PF, si tu es en recherche de réponses à ce sujet je peux, en plus de l'avis éclairé de l'idéaliste, compléter par ce qui peut amener à un tel choix (en tout cas pour ma part, chacun étant différent) . :)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Quelle est votre série préférée?
MessagePosté: Lun Mai 13, 2013 19:27 
Hors ligne
Compte désactivé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Août 08, 2011 02:31
Messages: 2291
Localisation: Paris
Volontiers, Cedric M. Je n'ai pas réagi au message de l'Idealiste parce que pas grand chose à ajouter, mais je vous lis avec attention.

_________________
"My mother said to get things done, you'd better not mess with Major Tom"
http://heytease.wordpress.com/


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Quelle est votre série préférée?
MessagePosté: Lun Mai 13, 2013 19:36 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Août 13, 2012 14:03
Messages: 339
Une réponse n'est jamais obligatoire :).

En ce qui me concerne il faut d'abord préciser que j'ai vécu plusieurs situations dramatiques dans mon proche environnement étant plus jeune. Il m'a fallu de nombreuses années pour me reconstruire et faire mon deuil.

Récemment j'ai découvert une annonce sur un site d'emploi pour un métier tel que celui que je vais exercer, je me suis donc renseigné à la fois sur les compétences et l'état d'esprit à posséder pour pratiquer et j'ai tout de suite vu que cela correspondait totalement à ma façon d'être.

Je précise que je suis loin d'éprouver une attirance pour la mort, je dirai simplement que cela ne me dérange pas, ce qui me plait dans ce métier c'est la psychologie du deuil, apporter un petit réconfort à des personnes qui vivent une épreuve difficile, les comprendre et les accompagner. C'est un métier, je pense très difficile moralement, mais très gratifiant au final.

Le plus dur finalement étant d'assumer ce choix professionnel face à mes amis et à ma belle famille, l'assumer et surtout en expliquer la raison.

Accessoirement j'avais aussi besoin d'une souplesse horaire plus importante le soir pour vaquer à mes occupations personnelles.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Quelle est votre série préférée?
MessagePosté: Lun Mai 13, 2013 20:18 
cedricM : Dans ce milieu, il n'y a pas de petit réconfort ;)

Je te souhaite d'être bien dans ce milieux et de t'épanouir dans ta nouvelle vocation. Les volontaires avec autre choses que l'attrait financier sont rare. Si tu souhaite des infos plus précises sur la psychologie du deuil, contacte moi par mp, je peut peut-être t'aider grâce à ma soeur.

Fin du HS, désolé :oops:


Haut
  
 
 Sujet du message: Re: Quelle est votre série préférée?
MessagePosté: Lun Mai 13, 2013 20:36 
Hors ligne
Compte désactivé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Août 08, 2011 02:31
Messages: 2291
Localisation: Paris
Désolée car je poursuis le HS (au pire, comme il y a déjà pas mal de messages HS, peut-être que la modération pourra scinder en deux?).
En fait, ce qui me pose question, c'est vous au milieux de tout ça. Comment faites-vous pour garder le moral dans ce type de métier? Car autant les médecins ou personnels soignants, même s'ils côtoient aussi la mort, ont la joie de soigner et parfois guérir les gens, autant vous, vous n'avez à faire qu'au plus dur (euphémisme).
Je trouve ces métiers très "beaux" (je ne sais pas si c'est bien le terme approprié mais je n'en trouve pas d'autre) mais je m'inquiète pour ceux qui les pratiquent.
J'ai lu pas mal de témoignages de thanatopracteurs qui disent qu'au contraire, grâce à leur travail, ils croquent deux fois plus la vie à pleine dent. Certes, mais j'imagine que parfois (souvent?), on a du mal à laisser le boulot derrière soi et qu'il faut être vraiment fort psychologiquement?

_________________
"My mother said to get things done, you'd better not mess with Major Tom"
http://heytease.wordpress.com/


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Quelle est votre série préférée?
MessagePosté: Lun Mai 13, 2013 22:04 
Metro, je peut pas répondre pour les autres mais pour avoir eu la même réflexion que toi a ce sujet et pour en avoir discuter longuement avec ma soeur, j'ai compris que ce type de métier permet de changer notre vision face à la mort donc de la voir autrement qu'une tristesse permanente. Soigner les blessures d'une mort a travers un deuil c'est aussi soigner la vie et ce qu'elle est réellement. Notre relation face à la mort est trop souvent en fonction de la perte et non du renouveau.

Exemple concret de renouveau : Quand mon père est décédé, ma mère était toujours faible avec des problèmes de mouvances. Elle est maintenant en forme comme jamais. Ce fut un renouveau pour elle et la raison est des plus simple. Mon père qui adorait ma mère ne la laissait ni forcer, ni marcher trop longtemps, ni faire une activité physique pour la simple et bonne raison que pour lui, c'était une marque d'amour, de protection. Ma mère sachant l'importance que cela représentait pour l'ancien bûcheron fier et orgueilleux qu'il était s'oublia a ce niveau et devins de plus en plus faible.

Que nous souvenons-nous lors de funérailles ? Nous nous souvenons des bon moments, des moments cocasses, des blagues, du meilleur du défunt, du meilleur de l'être qui nous a quitté et en même temps, nous retrouvons un peu de notre passé et des moments agréables de nos vies ce qui nous amènes a voir qui nous somment réellement sans filtre, sans l'effervescence de notre quotidien. Parce que nous ne somment pas fait pour vivre dans le négatifs, dans la peine perpétuelle ou dans la souffrances émotive, le cerveau recherche le bien, le beau. Ça n'enlève absolument pas la peine mais ça régénère les meilleurs moments et le meilleurs de nous-même.

Bref vaste sujet que j'adore et sur lequel je pourrais faire des pavés mais je me retient mais j'approuve la suggestion de scinder le sujet qui est, a mon avis, des plus passionnant.


Haut
  
 
 Sujet du message: Re: Quelle est votre série préférée?
MessagePosté: Lun Mai 13, 2013 22:28 
Hors ligne
Compte désactivé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Août 08, 2011 02:31
Messages: 2291
Localisation: Paris
L'Idealiste, c'est un plaisir de te lire. Si tu veux faire d'autres pavés, ça me va très bien.;)
(Et plus je te lis, plus je me dis que tu vas beaucoup, beaucoup aimer Six Feet Under...)

Il y a peut-être juste là-dessus où je nuancerais:
Citation:
Parce que nous ne somment pas fait pour vivre dans le négatifs, dans la peine perpétuelle ou dans la souffrances émotive, le cerveau recherche le bien, le beau. Ça n'enlève absolument pas la peine mais ça régénère les meilleurs moments et le meilleurs de nous-même.

Je pense que tu as raison: c'est effectivement le cas pour la plupart des gens. Mais un deuil reste un deuil et il y a nécessairement une période extrêmement douloureuse à traverser, période au cours de laquelle on n'a pas encore le recul nécessaire pour entrevoir ce que tu dis. Or, dans les métiers du funéraire, c'est dans cette phase que les gens interviennent. Ils se prennent toute la douleur et la détresse des gens en pleine figure. J'imagine qu'avoir du recul là-dessus n'est pas toujours évident.

Et sur le deuil d'une manière générale, je pense que certains deuils ne se surmontent jamais vraiment complètement (je pense à des cas bien particuliers, mais je ne vais pas m'étendre car le but n'est pas de sombrer dans le glauque). Juste pour dire que j'aime beaucoup ton discours positif et même un peu "poétique" et j'aimerais qu'il soit vrai tout le temps, mais j'ai quelques doutes (ça n'engage que moi, bien sûr).

_________________
"My mother said to get things done, you'd better not mess with Major Tom"
http://heytease.wordpress.com/


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Quelle est votre série préférée?
MessagePosté: Mar Mai 14, 2013 01:18 
Metronomia a écrit:
Or, dans les métiers du funéraire, c'est dans cette phase que les gens interviennent. Ils se prennent toute la douleur et la détresse des gens en pleine figure. J'imagine qu'avoir du recul là-dessus n'est pas toujours évident.


Effectivement, ils se prennent tout en pleine figure d'où la nécessité de savoir comment gérer ces situations. L'empathie est nécessaire pour évoluer dans ce milieux mais c'est comme tout, on s'adapte, on s'habitue et j'imagine qu'on comprend aussi la nécessité d'évacuer cette peine, cette détresse ce qui permet d'avoir ce recul nécessaire. Évidement, il y a des cas où c'est plus dur. Selon un sondage non officiel que ma soeur a fait sur plusieurs centre funéraire, les cas d'enfant sont les plus dur a gérer et avoir le recul dans ces cas la est difficile. Elle me racontais que lorsqu'il y a mort d'enfant, le personnel est confronté a une situation qu'ils ne veulent pas vivre et le font malgré tout mais savent bien que le recul, ils ne l'obtiendrons pas si facilement.

Tu a tout a fait raison de douter que mon discours s'applique a tous. Il ne s'applique effectivement pas a tous. Certains deuil ne se termine jamais parce que certaines personnes n'ont pas la capacité de traversé cette période sans aide et ne l'ont probablement pas reçus. Le deuil deviens alors un rythme de vie, un cercle vicieux.

Il faut aussi tenir compte du changement de la société, de ses valeurs et de ses courants. L'église était autrefois le soutiens pour ces périodes. Que ce sois le curé qui garantissait que le défunt était au ciel, que ce sois la famille qui rappelais ce que le curé avait dit ou simplement la conviction que le défunt est au paradis aidait grandement au deuil. Maintenant, nous avons connu une période où les croyances ayant changé (au passé puisque le funéraire s'est adapté aux exigences, aux nouvelles valeurs, aux nouveau besoins), il était difficile d'aider dans le processus de deuil parce que la compréhension des besoins des endeuillés n'étaient pas suffisante. Les outils disponibles n'étaient pas adéquats et l'expérience des gens du milieu "tournait" en grande partie autour de la religion. Il n'y avait qu'un seul modèle, le modèle de l'église.

Aujourd'hui, il ne s'agit plus simplement de dire que le défunt est au ciel, il s'agit d'écouter, de comprendre, de guider les endeuillés dans ce processus sains qu'est le deuil en fonction de leurs croyances, de leurs besoins et aussi de les conseillés dans la suite de leurs vie parce que la vie continue et que le deuil doit se terminer mais se terminer dans l'acceptation et non parce "ça fais assez longtemps". Le respect des croyances, des besoins va au delà du côté buisness ou arrangement funéraire, maintenant les entreprise funéraire reprennent le flambeau que l'église tenait et ils sont de plus en plus conscient de leurs rôle dans le bien-être de la société. Faire partie de cette entreprise c'est faire partie du maintient de la santé de notre société. C'est faire un don de soi en quelque sorte puisqu'ils sont souvent le dernier rempart avant la folie ou la détresse irréversible.

Le domaine funéraire fait par contre face a certaines contraintes qu'ils doivent gérer ce que l'église n'avait pas a gérer. Autrefois, les morts étaient mis en terre et une pierre tombale se retrouvais a l'emplacement où le mort était enterré. Maintenant, plusieurs type de "procédé" sont disponible. C'est bien mais tout ça pose certaines contraintes qui ne sont pas évalué sur le coup par les demandeurs et qui ont un impact direct sur le vécu du deuil des survivants. Exemple, l'incinération avec dispersion des cendres. La contrainte qui s'est créé est qu'il n'y a plus d'endroit où les survivants pourront se recueillir le moment venu, quand le besoin s'en fera sentir. On se recueille face a quoi ? une urne vide ?

Bref, beaucoup de transformation en cours et a venir dans ce milieu.

On a même pas abordé le côté de la peur des endeuillés face à la mort mais bon, j'arrête pour ce soir ;)


Haut
  
 
 Sujet du message: Re: Travailler dans le secteur funéraire
MessagePosté: Mar Mai 14, 2013 15:14 
Hors ligne
Modératrice
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Novembre 18, 2007 14:40
Messages: 9793
Localisation: Alsace
La discussion sur les séries télévisées ayant eu tendance à dériver hors contexte, j'ouvre donc un nouveau topic dédié aux métiers du funéraire :wink:

_________________
On ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible pour les yeux. (Antoine de Saint-Exupéry)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Travailler dans le secteur funéraire
MessagePosté: Mar Mai 14, 2013 15:17 
Hors ligne
Compte désactivé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Août 08, 2011 02:31
Messages: 2291
Localisation: Paris
1000 mercis, Linele! ;)

_________________
"My mother said to get things done, you'd better not mess with Major Tom"
http://heytease.wordpress.com/


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Travailler dans le secteur funéraire
MessagePosté: Mar Mai 14, 2013 15:42 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar Décembre 20, 2011 12:15
Messages: 4194
Tiens, en parlant de condition de travail du secteur funéraire, vous connaissez la chanson de Brassens "Le fossoyeur" ?

http://www.ina.fr/video/I00014963

_________________
Envoyé de mon Commodore 64


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Travailler dans le secteur funéraire
MessagePosté: Mar Mai 14, 2013 18:01 
Beaucoup de gens ne se rendent pas compte de l'importance d'un rituel funéraire. Autrefois, les rituels étaient bien établi et toujours les mêmes.

L'exposition du défunt à la maison ou au salon funéraire, la marche funèbre, la messe, l'enterrement et la réunion ensuite sont tous des rituels présent autrefois et en grande partie nécessaire pour vivre le deuil mais qu'en est-il aujourd'hui ? Dans certains cas il n'y a pas de messe, pas d'enterrement, juste une petite cérémonie souvent face a des cendres dans une urne choisi par une famille encore sous le choc donc souvent peu représentative du défunt et puis c'est terminé, on passe a autre chose mais la personne endeuillé elle, est-elle prête a passer a autre chose ? son deuil est-il terminé voir simplement en voie de l'être ?

Les rituels sont nécessaire et non de simple conventions que l'on doit suivre et qui peuvent être exclus sans qu'il n'y ai de répercussion sur les endeuillés.

C'est un des défi du funéraire aujourd'hui, fournir de nouveaux rituels en phase avec les croyances des survivants pour que ceux-ci vivent leurs deuil convenablement, fournir des outils pour que chaque étapes du deuil soit adéquatement vécu.

Les maison funéraire doivent supporter les familles qui trop souvent sont désemparé face a tous ce qu'un décès implique parce que mis a part le choc, la peine et les souvenirs qui remontent, certaines décisions doivent être prisent, certains papiers légaux doivent être remplis, certaines démarches doivent être faite suite au décès et dans bien des cas, les endeuillés ne sont pas en mesure de gérer la peine et les responsabilités qu'un décès implique sans aide extérieur.

Je crois sincèrement que de travailler dans le funéraire, c'est une vocation et non un emploi et il est temps que l'on prennent conscience de l'importance de ces gens pour notre société parce que croire que c'est un emploi comme un autre, c'est reléguer ces "sauveur d'âme" à de simple employés payé pour faire un job.

J'imagine qu'un expert pourrais corrigé certains points ou faire quelques mises au points sur certains passages mais mon but est de montré que ce milieu a grandement évolué et est encore malheureusement mal perçus par certains.


Haut
  
 
 Sujet du message: Re: Travailler dans le secteur funéraire
MessagePosté: Mar Mai 14, 2013 20:41 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Juin 30, 2008 14:18
Messages: 1550
Localisation: Yssingeaux
Et bien moi je commence un nouveau boulot en juin et je vais être confrontée à la mort. Je vais être secrétaire dans une association qui aide le retour à domicile de personnes gravement malade et qui vont sûrement mourir peu de temps après d'après ce que j'ai compris.
Le pire c'est que lors de l'entretien avec la directrice j'ai carrément menti à sa question : cela ne vous gêne t-il pas d'accueillir les personnes au téléphone qui sont dans le deuil? Et moi comme une idiote j'ai dit non, mais maintenant qu'elle a choisi ma candidature j'appréhende un peu...car la mort me fait peur, j'ai déjà un peu d'expérience dans ce domaine mais c'était avec des personnes âgées, et là dans cette boîte, il s'agit de tout type de personnes voir enfant aussi :/

Bref du coup ce sujet va m'aider et je me sens moins seule!

_________________
Je suis à l'écoute, et vous?...
http://www.facebook.com/paranormalauvergne124


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Travailler dans le secteur funéraire
MessagePosté: Mar Mai 14, 2013 21:27 
Hors ligne
Compte désactivé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Août 08, 2011 02:31
Messages: 2291
Localisation: Paris
Citation:
Je crois sincèrement que de travailler dans le funéraire, c'est une vocation et non un emploi et il est temps que l'on prennent conscience de l'importance de ces gens pour notre société parce que croire que c'est un emploi comme un autre, c'est reléguer ces "sauveur d'âme" à de simple employés payé pour faire un job.

Qu'est ce qui te fait penser que c'est la vision qu'ont les gens? As-tu eu des personnes qui t'ont dit (à toi ou ta sœur) des choses qui allaient dans ce sens?

Pour ma part, j'avais plutôt l'impression (complètement subjective, il est vrai) qu'au contraire, les gens étaient assez reconnaissants et admiratifs de ceux qui exercent ces métiers. Mais il est vrai que j'ai lu quelques fois des thanatopracteurs se plaindre d'être littéralement fuis par certaines personnes, voire même suspectés d'être des êtres malsains.

Il y a un truc qui m'a toujours fait bizarre en revanche: ce sont les porteurs de cercueil. Je sais qu'ils sont parfois recrutés en interim (une ancienne connaissance à moi avait occupé ce poste pendant quelques temps).

Loin de moi l'idée d'y voir un problème, mais je me dis que ça doit être surréaliste d'être inscrit dans une boite pour de petits boulots et de recevoir un jour ce genre de coup de fil. Je me souviens de ceux qui ont porté le cercueil lors de l'enterrement de ma grand mère. Je les ai beaucoup observé et je les trouvais très dignes. J'avais l'impression qu'ils souffraient avec nous (ce que je ne leur souhaite évidemment pas: nul ne peut porter tous les deuils de la terre sur ses épaules!). Du coup je m'étais dit que:
- soit ils étaient très bons comédiens (ce qui serait préférable pour eux);
- soit ils étaient vraiment tristes, et ça devait être insupportable pour eux au bout de 3 jours d'exercice!

Je n'aurais jamais la réponse, mais l'important est qu'ils m'ont laissé un "bon" souvenir. Tout comme le personnel des pompes funèbres qui s'était occupé de nous. Et il est clair que c'est un point essentiel pour les gens en souffrance.
Quand le travail est bien fait, comme partout (et peut-être même plus qu'ailleurs), ça se remarque.

@Lucinda: Tiens nous au courant quand tu auras débuté. Ce serait intéressant d'avoir ton point de vue aussi!

_________________
"My mother said to get things done, you'd better not mess with Major Tom"
http://heytease.wordpress.com/


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Travailler dans le secteur funéraire
MessagePosté: Mer Mai 15, 2013 08:02 
Hors ligne
Compte désactivé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu Août 06, 2009 16:56
Messages: 3085
Localisation: Sud est
Metronomia a écrit:

- soit ils étaient très bons comédiens (ce qui serait préférable pour eux);
- soit ils étaient vraiment tristes, et ça devait être insupportable pour eux au bout de 3 jours d'exercice!

Ou bien juste respectueux du chagrin des gens autour, non?

_________________
J'ai rencontré Dieu. Elle m'a dit "chut, ne leur dis pas que je suis noire".
Administration mon amour... http://titelo.unblog.fr


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Travailler dans le secteur funéraire
MessagePosté: Mer Mai 15, 2013 09:11 
Hors ligne
Compte désactivé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Août 08, 2011 02:31
Messages: 2291
Localisation: Paris
Oui, oui, clairement. Mais en fait, quand je disais qu'ils avaient l'air triste, c'est que j'avais l'impression qu'ils l'étaient autant que nous. C'est ça qui m'a fait drôle.

_________________
"My mother said to get things done, you'd better not mess with Major Tom"
http://heytease.wordpress.com/


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Travailler dans le secteur funéraire
MessagePosté: Mer Mai 15, 2013 10:01 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Juin 30, 2008 14:18
Messages: 1550
Localisation: Yssingeaux
Effectivement ça doit être super dur de garder aussi son air triste, comédien ou non, car si on n'est pas concerné par ce décès, c'est là qu'on a envie d'éclater de rire rien qu'avec un regard de son collègue d'à côté....Et là bonjour l'angoisse, donc à mon avis ils doivent vraiment se préparer psychologiquement avant et essayer de se rendre un minimum triste...J'aimerais pas être porteuse de cercueil, tiens d'ailleurs je n'ai jamais vue de femmes porter un cercueil? Encore une histoire de macho et de muscle (Aïe, je vais me faire taper là).

_________________
Je suis à l'écoute, et vous?...
http://www.facebook.com/paranormalauvergne124


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Travailler dans le secteur funéraire
MessagePosté: Mer Mai 15, 2013 10:19 
Hors ligne
Modératrice
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Novembre 18, 2007 14:40
Messages: 9793
Localisation: Alsace
lucinda a écrit:
Et bien moi je commence un nouveau boulot en juin et je vais être confrontée à la mort. Je vais être secrétaire dans une association qui aide le retour à domicile de personnes gravement malade et qui vont sûrement mourir peu de temps après d'après ce que j'ai compris.
Le pire c'est que lors de l'entretien avec la directrice j'ai carrément menti à sa question : cela ne vous gêne t-il pas d'accueillir les personnes au téléphone qui sont dans le deuil? Et moi comme une idiote j'ai dit non, mais maintenant qu'elle a choisi ma candidature j'appréhende un peu...car la mort me fait peur, j'ai déjà un peu d'expérience dans ce domaine mais c'était avec des personnes âgées, et là dans cette boîte, il s'agit de tout type de personnes voir enfant aussi :/

Bref du coup ce sujet va m'aider et je me sens moins seule!


Attention tout de même à ne pas trop le prendre à la légère, car travailler dans certains secteurs où la mort est omniprésente demande malgré tout une certaine maîtrise de soi pour être en mesure de gérer la situation sans se laisser envahir par ses émotions. C'est très délicat car cela demande un juste milieu. En l'occurrence ici il s'agit d'un poste d'accueil de familles en deuil, mais dans certaines professions le rapport à la mort peut être beaucoup plus traumatisant. L'une de mes connaissances qui effectuait une formation d'aide-soignant avait par exemple un jour été confrontée à une situation très difficile au cours d'un stage, lorsque son patient lui était décédé dans les bras au moment de lui effectuer sa toilette. Ce jeune homme en avait particulièrement souffert et refusait d'en parler tant cela l'avait marqué. Malheureusement pour lui, même si je ne le lui souhaite pas, il sera probablement amené au cours de sa carrière à rencontrer d'autres situations de ce type qui nécessitent vraiment de savoir prendre du recul par rapport aux choses. C'est loin d'être évident.

A l'époque où j'avais moi-même été amenée à effectuer des stages en milieu hospitalier, j'ai conservé le souvenir d'un patient qui s'était défenestré sur mon étage après avoir appris qu'il était atteint d'un cancer. Je n'ai pas assisté personnellement à l'accident, mais à en juger par le balai incessant de voitures de police qui circulaient dans la cour de l'établissement, et à entendre les visiteurs évoquer la présence d'un médecin légiste, on comprend vite ce qui s'est passé. C'était mon troisième jour, et je me souviens de l'obsession frénétique de la mort qui avait gagné tout le personnel sur l'ensemble de l'étage. Lorsque par malheur une patiente avait manqué à l'appel dans sa chambre à l'heure du repas du soir, notre pemier réflexe avait été de nous ruer sur le balcon et de regarder en bas pour vérifier qu'elle n'avait pas mis fin à ses jours...

Dans de tels contextes, je me suis souvent entendue rétorquer : "Il faut se blinder". Je n'aime pas ce terme, parce que se blinder sous-entend d'inhiber totalement ses émotions. Or c'est à mon sens une grave erreur. Faire par exemple face à des familles endeuillées demande un minimum d'empathie, de sensibilité et de compréhension face à la douleur des gens. Sans cette sensibilité, il est impossible d'apporter un service efficace. Mais à trop vouloir s'impliquer émotionnellement sans savoir se préserver à travers le recul nécessaire, cela peut devenir extrêmement nocif pour le salarié.

Encore une fois, toute la problématique consiste à trouver un juste équilibre.

lucinda a écrit:
tiens d'ailleurs je n'ai jamais vue de femmes porter un cercueil? Encore une histoire de macho et de muscle (Aïe, je vais me faire taper là).


De macho je ne pense pas, mais le problème de la charge à porter est en revanche une bonne raison. Porteur de cercueil est un métier assez exigeant qui nécessite notamment de bonnes aptitudes physiques. Tout dépend ensuite de la corpulence du défunt, du poids du cercueil, de la présence ou non de marches à monter etc.

_________________
On ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible pour les yeux. (Antoine de Saint-Exupéry)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Travailler dans le secteur funéraire
MessagePosté: Mer Mai 15, 2013 12:06 
Hors ligne
Compte désactivé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu Août 06, 2009 16:56
Messages: 3085
Localisation: Sud est
Ce que tu expliques sur le mot "blinder" Linele, mon amoureux me faisait la même réflexion. Quand je lui ai demandé comment il faisait quand il intervenait sur un accident mortel, s'il se blindait, il m'a répondu que ce n'était pas possible à moins d'être un robot. Par contre il parle de gestes techniques, de protocoles à suivre, de toutes ces choses qui permettent de faire ce que l'on a à faire sans penser au côté émotions.
Comme dit plus haut, il y a, d'après lui, des cas plus difficiles à gérer techniquement. Quand il s'agit d'enfants, c'est presque impossible. Et l'ambiance dans l'équipe n'est pas la même, plus lourde, plus pesante.
Il me racontait également que lorsqu'il y a des témoins, des gens de la famille ou autre, qui ne font donc pas partie des "techniciens", ils se comportaient autrement. Par respect. Par contre lorsqu'ils sont seuls, ils se permettent des plaisanteries entre eux. Par exemple lorsque le médecin annonce qu'une des victimes vient de décéder, il se retourne vers son collègue et lui dit "on a une audition en moins." C'est horrible et cynique mais c'est, d'après lui, une manière de chasser la colère ou la tristesse qui pourraient les atteindre.

_________________
J'ai rencontré Dieu. Elle m'a dit "chut, ne leur dis pas que je suis noire".
Administration mon amour... http://titelo.unblog.fr


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Travailler dans le secteur funéraire
MessagePosté: Mer Mai 15, 2013 12:27 
Metronomia a écrit:
Qu'est ce qui te fait penser que c'est la vision qu'ont les gens? As-tu eu des personnes qui t'ont dit (à toi ou ta sœur) des choses qui allaient dans ce sens?

Pour ma part, j'avais plutôt l'impression (complètement subjective, il est vrai) qu'au contraire, les gens étaient assez reconnaissants et admiratifs de ceux qui exercent ces métiers.


Je sais pas chez vous mais ici, ce secteur a longtemps été perçus comme un secteur "vautour". Des gens qui vivent de la peine, du chagrin des autres et qui demande un prix exorbitant a leurs yeux (sachant que pour la même quantité et qualité de bois pour le cercueil, ces même personnes accepteraient sans broncher de payer le même prix si c'était pour un comptoir de cuisine) alors que le client est souvent démoli émotionnellement. La raison étant simple, jusqu'à assez récemment, le service de soutient n'était pas le fer de lance de ces entreprises. Ces entreprises se concentrait surtout sur les côtés de la préparation du mort, de la vente de cercueil, de l'exposition et de la mise en terre.

Je te dirais que de plus en plus, les personnes dans le deuils, eux, voient maintenant tout le travail fait pour les aider, réalisent tout le support qu'ils reçoivent et sont reconnaissant. Maintenant il y a la famille éloigné et les amis qui eux, vivent un autre type de peine beaucoup plus facile a gérer et sont moins conscient de tout ce qui est fait pour les endeuillés et plus a l’affût du moindre coût suspect, de la moindre anicroche ce qui pousse le secteur funéraire a visé un mode de fonctionnement transparent et irréprochable (ce qui n'est pas mauvais en soi). La vision d'entreprise "vautour" n'est pas encore chose du passé mais ça s'améliore grandement d'année en année.

Metronomia a écrit:
Il y a un truc qui m'a toujours fait bizarre en revanche: ce sont les porteurs de cercueil. Je sais qu'ils sont parfois recrutés en interim (une ancienne connaissance à moi avait occupé ce poste pendant quelques temps).

Loin de moi l'idée d'y voir un problème, mais je me dis que ça doit être surréaliste d'être inscrit dans une boite pour de petits boulots et de recevoir un jour ce genre de coup de fil. Je me souviens de ceux qui ont porté le cercueil lors de l'enterrement de ma grand mère. Je les ai beaucoup observé et je les trouvais très dignes. J'avais l'impression qu'ils souffraient avec nous (ce que je ne leur souhaite évidemment pas: nul ne peut porter tous les deuils de la terre sur ses épaules!). Du coup je m'étais dit que:
- soit ils étaient très bons comédiens (ce qui serait préférable pour eux);
- soit ils étaient vraiment tristes, et ça devait être insupportable pour eux au bout de 3 jours d'exercice!

Je n'aurais jamais la réponse, mais l'important est qu'ils m'ont laissé un "bon" souvenir. Tout comme le personnel des pompes funèbres qui s'était occupé de nous. Et il est clair que c'est un point essentiel pour les gens en souffrance.
Quand le travail est bien fait, comme partout (et peut-être même plus qu'ailleurs), ça se remarque.


Ici, autant que possible, ce sont des membres de la famille du défunt qui porte le cercueil (qui est très lourd sois-dit en passant) et le personnel funéraire ne le fait que si il manque de membres volontaire ou simplement qu'il n'y en a pas. J'imagine mal être comédien a ce point. Ils sont touché non pas de la mort d'un être qu'ils ne connaissait pas mais de la peine ressenti par les endeuillés. Ils ont pour la plus part suffisamment d'empathie pour être réellement triste et suffisamment d'expérience pour faire la part des choses et ne pas prendre cette peine ressenti comme une peine "personnel". Moi vois-tu, lors de la mort de mon père, ce fut un bord** terrible. Entre le salon qui refusait une musique douce et a très faible volume, le chariot de support du cercueil a l'église qui ne roulait pas droit et le fait qu'une fois la messe terminé, ils nous ont demandé (les porteurs) si nous voulions aller récupérer nos véhicules resté au salon (à 20 km quand même) pour faire un détour vers le crématorium et nous demander a moi et mon frère de les aider a mettre le cercueil dans le four (ce que j'ai refusé suffisamment énergiquement pour terrorisé le pauvre chauffeur de 70 ans). Donc oui, quand le travail est bien fait ça se remarque mais aussi quand c'est l'inverse.

lucinda a écrit:
Et bien moi je commence un nouveau boulot en juin et je vais être confrontée à la mort. Je vais être secrétaire dans une association qui aide le retour à domicile de personnes gravement malade et qui vont sûrement mourir peu de temps après d'après ce que j'ai compris.
Le pire c'est que lors de l'entretien avec la directrice j'ai carrément menti à sa question : cela ne vous gêne t-il pas d'accueillir les personnes au téléphone qui sont dans le deuil? Et moi comme une idiote j'ai dit non, mais maintenant qu'elle a choisi ma candidature j'appréhende un peu...car la mort me fait peur, j'ai déjà un peu d'expérience dans ce domaine mais c'était avec des personnes âgées, et là dans cette boîte, il s'agit de tout type de personnes voir enfant aussi :/

Bref du coup ce sujet va m'aider et je me sens moins seule!


Tu sera sans doute très bonne puisque tu semble avoir l'empathie nécessaire a ce type de poste sinon tu n’appréhenderais pas ce poste. Cet emploi t'aidera sans doute a apprivoisé ta peur et a mieux comprendre le processus de deuil donc changera certainement ta vision face à la mort. Pour le reste, Linele a tout dit.

Linele a écrit:
Dans de tels contextes, je me suis souvent entendue rétorquer : "Il faut se blinder". Je n'aime pas ce terme, parce que se blinder sous-entend d'inhiber totalement ses émotions. Or c'est à mon sens une grave erreur. Faire par exemple face à des familles endeuillées demande un minimum d'empathie, de sensibilité et de compréhension face à la douleur des gens. Sans cette sensibilité, il est impossible d'apporter un service efficace. Mais à trop vouloir s'impliquer émotionnellement sans savoir se préserver à travers le recul nécessaire, cela peut devenir extrêmement nocif pour le salarié.

Encore une fois, toute la problématique consiste à trouver un juste équilibre.


C'est exactement le défi quotidien des gens qui oeuvre dans le funéraire. Garder une empathie face aux endeuillés qui ne s'estompera pas avec le temps sans pour autant se laisser emporter par cette vague de chagrin qui les entourent.


Haut
  
 
 Sujet du message: Re: Travailler dans le secteur funéraires
MessagePosté: Mer Mai 15, 2013 12:35 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Juin 30, 2008 14:18
Messages: 1550
Localisation: Yssingeaux
Oui je savais à quoi m'attendre avec ce poste, tout ce qui touche au social m'intéresse et les gens viennent souvent vers moi se confier idem au téléphone...J'ai beaucoup d'expériences et je ne prends pas mon travail à la légère, car c'est une vraie passion et même si j'aime rire je sais garder mon sérieux quand il le faut.
Mais je vous tiendrais au courant du déroulement de cette nouvelle expérience, je pense que je vais beaucoup apprendre.

_________________
Je suis à l'écoute, et vous?...
http://www.facebook.com/paranormalauvergne124


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages précédents:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 34 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  

Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB.biz
phpBB SEO